Si l’année 2020 n’a pas épargné le secteur du sport professionnel, l’ampleur de la crise sanitaire et économique traversée a encore davantage mis en évidence le besoin urgent d’obtenir une meilleure reconnaissance du sport féminin.

    En réponse, les instances sportives ont d’ailleurs annoncé depuis quelques semaines leur volonté de travailler sur la professionnalisation du sport féminin.
    La FNASS se réjouit de cette évolution majeure, qui ouvre de nouvelles perspectives, comme le confirme son président, Robins Tchale Watchou : « Pendant le second confinement, cet automne, les Fédérations sportives ont ressenti l’intérêt de voir certaines disciplines pourtant qualifiées d’« amateures » – car ne relevant pas d’une Ligue professionnelle – poursuivre leur activité, y compris pendant les heures de couvre-feu…»

    C’est dans ce contexte que la FNASS a pris l’initiative de réunir pour la toute première fois des sportives professionnelles en activité, désireuses de contribuer elles-aussi aux réflexions sur l’avenir de leur métier.
    L’objectif premier de ces travaux, qui débuteront en janvier, sera d’étayer les préconisations mises en avant par la FNASS dans son projet politique, dévoilé il y a plusieurs mois.
    Ces pistes de réflexions initiales s’attachent à traiter les différentes caractéristiques du professionnalisme, au travers de quatre volets complémentaires (un axe social, un axe structurel, un axe de recherche de performance et un axe médiatique). La contribution apportée par les douze sportives en activité* permettra alors de concevoir leur mise en application discipline par discipline.

    Siraba Dembélé-Pavlovic
    « Avancer toutes d’un même pas ! »

    Partager les bonnes pratiques existantes et complémentaires d’une discipline à l’autre, c’est ce que met en avant Siraba Dembélé-Pavlovic, la toute récente vice-championne d’Europe de handball. Tout en témoignant de l’enthousiasme des sportives et de leur volonté de voir leurs travaux s’inscrire dans le processus de professionnalisation du sport féminin, elle attend beaucoup de ces échanges avec les autres sportives : « L’initiative de la FNASS, soutenue par nos propres associations et syndicats, va nous permettre d’établir un bilan sur l’avancée de chaque sport en matière de professionnalisation. Mais il ne s’agira pas seulement, à mon sens, de confronter nos expériences, mais aussi de regarder comment elles peuvent profiter aux autres.
    « Au handball, par exemple, les discussions sur la mise en place d’une convention collective montrent de réelles avancées en matière sociale. Nous expliquerons comment nous avons travaillé et partagerons toutes les informations utiles.
    « L’idée est là : partager, apprendre des autres, mettre notre savoir et nos expériences en commun et au service des autres pour que nous avancions toutes d’un même pas vers la professionnalisation. »

    Pour la FNASS, il était évident de s’appuyer ainsi sur des sportives en activité et de faire connaître leurs réflexions et leurs propositions. Il ne s’agira pas seulement d’ailleurs de construire la pratique de demain, mais aussi de travailler à développer la pratique d’aujourd’hui.

    * Liste des douze sportives participant aux travaux : Helena Ciak, Audrey Cordon-Ragot, Lenaïg Corson, Siraba Dembélé-Pavlovic, Kadidiatou Diani, Romane Frecon, Juliette Labous, Eugénie Le Sommer, Endy Miyem, Julie Mollinger, Safi N’Diaye, Isaline Sager-Weider

    Fédération Nationale des Associations et Syndicats de Sportifs
    5 rue des Colonnes
    75002 PARIS

    Tél. 01 40 39 91 07

    Email : contact@fnass.fr

    Pin It on Pinterest

    Share This